visby-3

Visby, Suède médiévale

Quel étrange destin que celui de Visby, une ville à l’opulence et à la puissance immémoriales, dont la notoriété tient davantage toutefois aux facéties d’une fillette aux tresses rousses. Ancienne ville de la Hanse, elle est aussi le chef-lieu du Gotland, l’île qui, depuis quelques dizaines d’années, accueille un tourisme « télévisuel » qui mène à la Villa Villacolle, une demeure romantique Art nouveau, où l’on tourna, en 1969, des scènes de Fifi Brindacier. Mais ce n’est pas le cinéma, c’est son patrimoine architectural médiéval qui poussera l’Unesco à inscrire, dès 1995, la ville au patrimoine mondial. Un immense patrimoine comprenant une enceinte intacte, le Ringmuren, datant du Xllle siècle, haute de 11 mètres et longue de 5,5 kilomètres environ.

Cette imposante muraille n’empêchera toutefois ni les pillages ni les guerres, qui se succéderont durant des siècles, comme en 1361, lorsque le roi de Danemark Valdemar Atterdag la conquiert et provoque un massacre, rappelé par la croix de Valdemar dressée à l’extérieur de l’enceinte et dominant une fosse commune contenant 2000 corps, exhumés lors d’une récente campagne de fouilles. En 1525, Visby est envahi par les soldats de sa rivale Lübeck, qui brûlent ses seize églises, n’épargnant que la cathédrale. Aux siècles suivants, c’est au tour des entrepreneurs immobiliers de poursuivre cette œuvre destructrice, en exploitant les églises en ruines comme carrières de calcaire. Si bien qu’aujourd’hui, la ville se distingue par ses églises en ruines. Visby, « ville des roses », un nom qu’elle doit à la clémence de son climat, et des ruines, onze vestiges d’églises, dont certaines se visitent, comme Sankta Katarina et Sankt Nicolai, où se déroule chaque été un festival de musique de chambre.

Seule Sankta Maria Domkyrka, la cathédrale, a résisté aux assauts du temps. Érigée à la charnière des 12ème et 13ème siècles, puis largement remaniée, elle conserve des fonts baptismaux d’origine en grès. Retranchée derrière ses remparts, Visby veille sur ses églises et sur un discret patrimoine monumental, dont les vestiges du château de Visborg, bâti en 1411 par Erik de Poméranie et détruit par les Danois plusieurs siècles plus tard. Ils sont éparpillés aux abords du vieux port hanséatique, où se trouve aujourd’hui le jardin public diàlmedalen. Dans le prolongement du jardin court la Strandgatan, la rue principale de Visby, que bordent d’anciennes demeures de marchands, aux pignons à échelons témoins d’un passé florissant. La Burmeisterka Huset, la Gamla Apoteket, la vieille pharmacie, et les musées d’histoire médiévale et d’art contemporain sont dignes d’intérêt. Après une promenade dans la ville, les visiteurs auront une envie de grand air et de découverte de l’île, à vélo. L’été venu, c’est un des endroits les plus agréables et les plus festifs d’Europe, surtout en août, à l’occasion de la Medeltidsveckan, la « semaine médiévale », lorsque la quasi-totalité du peuple de Visby endosse ses costumes d’époque. La fête bat alors son plein au rythme des marchés, des reconstitutions historiques et des tournois. Pour en savoir plus et préparer votre voyage: http://www.gotland.info

Comments are closed.