nz

Milford Track

L’itinéraire du Milford Track n’avait pas été choisi au hasard. Cette randonnée de quatre jours est réputée pour être tout simplement la plus belle du monde. Cet itinéraire est d’ailleurs inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, pour sa beauté, sa portée culturelle et la richesse de sa faune et de sa flore endémiques. Il traverse les magnifiques montagnes, forêts et points d’eau du parc national de Fiordland, sur l’île du Sud. Son tracé suit celui d‘un sentier que les Maoris utilisaient jadis pour transporter la néphrite (proche du jade). Ils appellent d’ailleurs toujours cette région du sud Wahi Pounamu, le « lieu de la roche verte ». Ce sont des explorateurs européens qui, au XIXe siècle, furent les premiers à découvrir ce sentier désormais mondialement célèbre. Le Milford Track prend fin au Milford Sound, un fjord aux eaux calmes et scintillantes niché dans les montagnes. La légende maorie raconte qu’on assigna au dieu Tu-teraki-whanoa la tâche de sculpter la côte. Il dessina les baies les unes après les autres, chacune étant plus somptueuse que la précédente, et se surpassa en créant le magnifique Milford Sound. Une autre légende veut que la déesse Hine-nui-te-pô ait relâché une nuée de mouches des sables au-dessus du lac afin que les êtres humains ne s’y arrêtent pas et ne gâchent pas une telle beauté. Celles-ci sont en effet aujourd’hui encore un réel desagrément, et les voyageurs avisés doivent se couvrir en conséquence. Une incentive sur le Milford Track a tout d’une expérience d’exception : celui-ci n’accueille en effet qu’un nombre limité de marcheurs par an. La randonnée est très réglementée afin de limiter l’impact du tourisme sur la région : seules 90 personnes (40 randonneurs seuls et 50 randonneurs accompagnés d’un guide) sont ainsi autorisées à prendre la route chaque jour, et elles doivent impérativement passer la nuit dans les huttes fournies par le département de la conservation. Cela oblige à parcourir le sentier uniquement du sud vers le nord, et à poursuivre sa route quelles que soient les conditions météo afin d’atteindre à temps le prochain lac refuge pour la nuit. Le sentier commence au Glade Wharf, sur le lac Te Anau, qui s’étend au pied de sommets enneigés. Il constitue la deuxième plus grande réserve d’eau douce de Nouvelle-Zélande. En maori, Te Anau signifie « grotte de l’eau tourbillonnante ». Ce nom est inspiré par un ensemble de cavernes d’où jaillissent des rivières, qui peuvent se visiter et offrent des paysages étranges marqués par les lumières bleu-vert émanant de milliers de lucioles. Depuis les rives du Te Anau, le sentier longe la rivière Clinton, traversant des forêts de hêtres ajourées qui laissent entrevoir les cols à franchir.

Au cours de la deuxième journée, les randonneurs remontent la vallée, croisant de nombreux lacs et cascades comme le lac Hidden, enserré dans un écrin rocheux et formant de petites chutes d’eau, ou celui de Prairie, d’où les vues sur la vallée tout juste franchie sont superbes. Quand le soleil est au rendez-vous, l’on peut même parfois s’y baigner. Tandis que le sentier progresse vers les hauteurs, le hêtre cède sa place à l’hohéria à feuilles de peuplier endémique. Le troisième jour est le plus fantastique des quatre. Le col de Mackinnon culmine à 1073 mètres et offre un panorama spectaculaire sur la vallée et les sommets alentour. La descente suit le Roaring Burn, une puissante rivière qui se transforme par endroits en séries de rapides et de jolies cascades. Un court détour conduit aux chutes de Sutherland, les cinquièmes plus hautes du monde. Le vent semble y jouer avec l’eau, d’où s’élève une brume délicate. D’autres chutes d’eau attendent les randonneurs au quatrième jour, comme celles de Mackay, qui dévalent sur des rochers recouverts d’une mousse dense. Le Milford Track longe ensuite le lac Ada et la grande cascade de Giant Gate avant de s’achever à Sandfly Point. Cette zone reculée n’est pas accessible par la route, mais des ferries font la liaison vers la côte, glissant sur les eaux du Milford Sound, où les montagnes silencieuses s’érigent en sentinelles éternelles. La fin d’une aventure unique, que vos collaborateurs ne sont pas près d’oublier.

nz

Comments are closed.