fritzlar

Fritzlar en Allemagne

Si l’envie vous prend de découvrir l’un des plus beaux villages du monde, partez pour l’Allemagne, direction Fritzlar. Si nous lisions la géographie comme on lit un livre d’histoire, Fritzlar en constituerait un des chapitres les plus denses, plus particulièrement parmi ceux consacres au Moyen Age. Cramponnee aux rives de l’Eder, cette bourgade de Hesse, comptant 15000 habitants à peine, a été le théâtre de l’évangélisation de l’Allemagne et de son unification politique. L’histoire et la géographie n’épousent cependant pas toujours le même cours et aujourd’hui, boudée par les grands axes de communication, la ligne ferroviaire Francfort-Kassel, et uniquement reliée par un tronçon secondaire, Fritzlar doit plus sa notoriété à son aéroport militaire qu’à son riche passé. Pourtant, la ville, derrière son enceinte entièrement préservée, le Stadtmauer (XIIIe siècle), déploie l’un des centres historiques parmi les mieux conservés du pays, souvent ignoré des touristes, ce qui rend d’ailleurs la visite si agréable. Celle du Dom, la cathédrale bâtie à l’endroit où saint Boniface édifia, en 724, sa première église, permet de plonger directement dans l’histoire. Sa fondation tient de la légende. On raconte, en effet, que pour combattre les cultes païens, le futur saint s’arma d’une hachette avec laquelle il abattit le chêne sacré de Thor, le fils d’Odin, vénéré par la tribu germanique locale des Chattes.

Tandis que les premiers coups mordaient son écorce, un vent divin se leva, arracha brusquement le vénérable arbre à la terre, signe de la supériorité du dieu chrétien. Le bois du chêne servit à la construction d’une chapelle, très vite remplacée par une basilique en pierre, reconstruite entre 1180 et 1200 dans ses formes actuelles. Derrière son imposante façade gothique, que cernent des tours élancées, le Dom cache, enroulé autour du cloître, un musée dont certaines pièces valent à elles seules le voyage. Citons le plus vieil ostensoir d’Allemagne, datant de 1520, une croix ornée de pierres précieuses de l’empereur Henri IV, qui a dû, en 1077, à Canossa, se prosterner devant le pape Grégoire VII, et un reliquaire de saint Boniface. La cathédrale veille aussi sur deux cryptes, une bibliothèque remarquable et une Musikzimmer, la chambre de musique, ornée de fresques du XIVe siècle. Face à la cathédrale, le Rathaus médiéval est toujours le siège de la mairie. C’est ici que le pouvoir temporel des souverains allemands est né, lorsqu’au cours du Reichstag, en 919, Henri 1er, dit l’Oiseleur car dévoré d’une intense passion pour la chasse, fut proclamé empereur et unifia les Francs et les Saxons en un seul royaume. Il donna naissance à la dynastie des Ottoniens. Plus récemment, le dirigeant nazi Heinrich Himmler pensait en être la réincarnation. La Gildehaus der Michaelbruderschaft (XVe siècle), vaste demeure en bois ciselé, plantée sur la belle Marktplatz, et la Hochzeithaus, autre édifice en bois du XVIe siècle, abritant le Musée régional, méritent une visite, un kilomètre de la vieille ville, la Fraumünster, la plus vieille église de la région, aux origines carolingiennes, et son cycle de fresques romanes ne vous décevront pas. Pour une vue panoramique de Fritzlar, la Grauer Turm, impressionnante tour de garde située sur le côté ouest des remparts, reste une excellente option. En prenant de la hauteur, on se prendra aussi à méditer sur le cours de l’histoire.

Comments are closed.